Débats citoyens en AURA

Journée d'études : Communautés juives sépharades en Méditerranée... les photos !

Par FRANCK THENARD-DUVIVIER, publié le samedi 13 janvier 2018 17:40 - Mis à jour le dimanche 18 février 2018 19:06
photo conférence
Table ronde, conférences, projection de films et exposition (événements publics). Jeudi 1er et vendredi 2 février 2018.

Journée d'études Communautés juives sépharades en Méditerranée

Ces événements sont ouverts au public.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Pour les auditeurs extérieurs : veuillez vous présenter à l'accueil du lycée.

 

>> Dans la lignée des séminaires sur « la vie et le destin des communautés sépharades » organisés par la Maison d’Izieu en Espagne et en Grèce en 2017, ces journées visent à comprendre la formation d’une culture judéo-espagnole dans l’Espagne plurielle du Moyen Âge, ses adaptations dans plusieurs territoires de la Méditerranée après la dispersion de 1492, notamment l’Italie et le Maghreb, la relation entre les différentes communautés.

>> La journée d’études et la table ronde sont le fil directeur de plusieurs projets menés pour les classes de CPGE et du secondaire au lycée Fauriel. Elles constituent ainsi le volet scientifique d’un projet pluridisciplinaire en lien avec un voyage d’étude en Espagne et la réalisation d’un webdocumentaire (en partenariat avec le collectif We Report). Un volet artistique, mené avec le groupe Canticum Novum (École de l’oralité, Saint-Étienne), vise à approcher l’interculturalité à travers les musiques et danses des communautés sépharades, andalouses et castillanes.

>> Des échanges sont prévus avec le lycée Brassens (Rive-de-Gier) qui organise, dans le cadre des Débats citoyens en AURA, le 15 mai 2018, une table ronde sur « les enjeux de la politique mémorielle en France » (avec François Rochebloine, Brigitte Sion, Dominique Vidaud, Annette Wieviorka), des conférences de Sylvie Altar (les Juifs à Lyon de l’avant-guerre à la Libération) et de Léon Saltiel (la destruction des Juifs de Thessalonique), le témoignage de Hélène Waysbord.

>> Les présentes journées ont pour but de tenter de construire une réflexion sur les identités juives et sépharades dans l’espace géographique méditerranéen, depuis le Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine. Une des clés de ces journées sera l’interrogation sur la notion de communauté « sépharade », par-delà les époques, les lieux, les idées, les langues, mettant en lumière les relations externes de ces groupes, mais également leur hétérogénéité interne.

>> Face au temps, aux politiques et aux volontés qui ont pu conduire à l’effacement des communautés juives ou à l’instrumentalisation de l’antijudaïsme, les questionnements, orientés selon des axes sociétaux, économiques, politiques ou artistiques, porteront sur les notions de patrimoine, d’identité et de mémoire, pour faire émerger les forces et les fragilités, les invariants et les divergences des communautés juives méditerranéennes.

>> Les actes de ces journées  seront publiés dans Les Cahiers du CELEC, revue en ligne du Centre d’Études sur les Langues et les Littératures Étrangères et Comparées (Université Jean-Monnet, Saint-Étienne).

 

Orientations bibliographiques : voir programme à télécharger ci-dessous.

Photographies : Aline Simonin, étudiante en Lettres supérieures, lycée Fauriel.

Table ronde et journée d'études animées par les étudiant.e.s de Lettres supérieures (Hypokhâgne).

 

Jeudi 1er février 2018

 

16h00 | Ouverture | Franck Thénard-Duvivier, Docteur en histoire médiévale, professeur en CPGE au lycée Fauriel.

 

16h15 | Table ronde | Mémoire et écriture de la Shoah.

>> Autour de Hélène Waysbord, écrivaine et présidente d'honneur de la Maison d'Izieu.

>> Avec José Luis Arráez Llobregat, Université d’Alicante, et Dominique Vidaud, directeur de la Maison d'Izieu.

 

Isaac Revah n'a pu participer à cette table ronde mais son témoignage sur l'action de Sebatien de Romera Radigales, Consul d'Espagne à Athènes pendant la Seconde Guerre mondiale, nommé "Juste parmi les Nations" en 2014, sera publié dans les actes de la journée d'études.

 

Une table ronde animée par les étudiant.e.s de Lettres supérieures (Hypokhâgne).

 

Hélène Waysbord

Dominique Vidaud

José Luis Arraez Llobregat

 

18h15 | Projection d’extraits cinématographiques.

>> Présentés par Frédéric Abécassis, Maître de conférences en histoire contemporaine, UDL, ENS de Lyon, LARHRA.

 



Les étudiantes chargées de la présidence de séance.

Frédéric Abécassis

 

Vendredi 2 février 2018

 

8h45 | La juiverie de Tolède, proposition pour une représentation spatiale.

Jean Passini, Directeur de recherche CNRS-EHESS, UMR 8558, Paris.

>> Comment peut-on reconstituer un quartier, que l’histoire de cinq siècles a voulu faire disparaître ? La juiverie de Tolède incluait, au Moyen Âge et avant le XIIIe siècle, au nord de la « calle del Ángel », le quartier haut ou Alacava, qui jouxtait le quartier chrétien de San Román ; au sud, la grande juiverie. L'Alacava fut détruite en 1355. La « grande juiverie », abandonnée à partir de 1492, oubliée et nommée « barrio nuevo », sera massivement transformée à partir du XVIe siècle. De la Grande Juiverie, qui présentait trois portes et était limitée au sud par la muraille de la ville, trois quartiers nous sont connus : celui de Arriasa ; l'îlot du Sofer ; le bain de Zeit et le quartier d'Hamanzeit. L'habitat médiéval du quartier de l'Alacava, détruit avant la fin du XIVe siècle, est très dégradé. À proximité se situe le quartier de Caleros qui, ayant perdu son caractère juif au début du XVe siècle, est intégré au quartier de Santo Tomé. Dans beaucoup de cas, seules les caves des maisons médiévales ont été conservées. Les unes offrent un pilier central, les autres des cupules hexagonales. L'hypothèse de l'usage des caves sous patio comme synagogue a été formulée. 

 

Jean Passini

Etudiante chargée de la présidence de séance.

 

Franck Thénard-Duvivier (organisateur)
et Jean Passini

10h00 | L’instrumentalisation de l’antijudaïsme dans l’Espagne du Siècle d’Or : un exemple chez Francisco de Quevedo.

Rafaèle Audoubert, Maître de conférences en littérature du Siècle d’Or, Université Jean-Monnet, CELEC - EA 3069.

>> Dans l'Espagne du XVIIe siècle, les tensions politiques et les problèmes économiques tissent la toile de fond d'une situation difficile. Dans ce contexte, les convers, les suspects de crypto-judaïsme, mais aussi les Juifs portugais récemment revenus en Espagne sont l'objet de critiques nombreuses. Il existe alors une pensée que l'on peut qualifier d'antijudaïsme et qu'il va s'agir de définir pour comprendre comment elle peut être instrumentalisée à plusieurs niveaux : celui, littéraire, qui alimente une oratio de la haine, celui, économique, théâtre de l'affrontement entre deux conceptions de la façon dont il convient de gérer la crise économique, et ceux, politiques, qui servent les intérêts des uns et des autres dans les jeux de pouvoir à la Cour.

Etudiantes chargées de la présidence de séance.

Rafaèle Audoubert

 

11h00 | La stratification sociale dans les ghettos juifs en Italie à l'époque moderne.

Michaël Gasperoni, Docteur en histoire et anthropologie, chargé de recherches au CNRS, Centre Roland Mousnier (UMR 8596).

>> La communication propose de s’interroger sur la stratification sociale et sur les processus de reproduction et différentiation sociale à l’œuvre dans les sociétés juives à l’époque moderne en Italie. Trop souvent appréhendées comme un bloc uni face à un autre bloc – le groupe majoritaire au sein duquel elles sont intégrées à des degrés différents – les populations juives sont loin d’être homogènes, tant du point de vue culturel que social. C’est donc autour de cette diversité et cette altérité internes que nous nous efforcerons de réfléchir ensemble, à partir des sources de l’époque mais aussi de l’important renouveau historiographique qu’ont connu les études juives depuis plusieurs décennies.

Etudiante chargée de la présidence de séance

Michaël Gasperoni

Etudiant auditeur

 

13h45 | Les Juifs dans le monde musulman à l'époque contemporaine : la fin d'une « convivence »,
de l'âge des nations à celui des diasporas.

Frédéric Abécassis, Maître de conférences en histoire contemporaine, UDL, ENS de Lyon, LARHRA.

>> Pour les Juifs du Maghreb et du Moyen-Orient, les XIXe et XXe siècles marquent une période de grands bouleversements. Comme en Europe, les judaïcités en terre d'islam expérimentent des formes d'émancipation et d'accès à la citoyenneté. Mais celles-ci s'opèrent dans un contexte marqué par les conquêtes coloniales et l'emprise croissante de l'Europe et des États-Unis. De plus, elles concernent des franges relativement étroites des communautés, elles-mêmes minoritaires dans les pays où elles sont implantées. Le passage de l'ère des empires à celle des États-nations transforme ces communautés, parfois très anciennes, en minorités. L'émergence de nationalismes arabes, turc et persan, la naissance d'un foyer national juif en Palestine puis de l'État d'Israël, le mouvement de décolonisation contribuent à l'effacement des juifs du monde musulman. Les politiques patrimoniales des différents États font que les sociétés entretiennent avec ce passé des mémoires différentes et sélectives.

Etudiant chargé de la présidence de séance.

Frédéric Abécassis

 

14h45 | Existe-il une « littérature sépharade » ?

Abraham Bengio, Agrégé de Lettres classiques, ancien directeur régional des Affaires culturelles, directeur général adjoint honoraire de la Région Rhône-Alpes, ancien directeur de l’Institut français de Madrid.

>> Existe-il une « littérature sépharade » ? Désolé de spoiler la fin de la communication (je suppose cependant que le suspens était mince...): non, il n’existe bien sûr rien de tel. Que pourraient avoir en commun des auteurs appartenant à des époques historiques très différentes, s’exprimant dans des langues variées, professant des idéologies politiques, des idées esthétiques, voire des croyances religieuses très diverses – et dont certains pourraient s’offusquer d’être ainsi enrégimentés ? Mais la question posée fournit un excellent prétexte pour nous interroger sur la notion même de « sépharade », qui se prête à bien des malentendus, pour en déplier l’irritante polysémie et en définitive pour tenter, sinon de découvrir d’improbables invariants qui définiraient la « littérature sépharade », du moins de repérer quelques traits de caractère ou quelques thèmes obsédants dont l’itération, à travers le temps et l’espace, diraient quelque chose de la « séphardité »…

Etudiants chargés de la présidence de séance.

Abraham Bengio

 

 

16h00 | Conférence | Destruction des identités physique et morale des femmes étoilées à travers les écritures intimes.

José Luis Arráez Llobregat, Maître de conférences, Université d’Alicante, Groupe Mémoire et identités littéraires et culturelles.

>> La communication portera sur le processus de déshumanisation de la femme juive durant la Shoah. Nous envisageons de montrer ce qui caractérisa la femme face à l’homme – du point de vue biologique, social ou spirituel – au cours de sa déshumanisation. À cette fin, nous nous servirons des écritures intimes, « témoins » de cette perte des identités physique et morale, ainsi que du procès de réification et d’animalisation.

Etudiantes chargées de la présidence de séance.

José Luis Arraez Llobregat

Les étudiantes lisent les témoignages des "femmes étoilées".

 

17h45 | Conclusion | Yannick Chapot, Docteur en études ibériques, professeur en CPGE au lycée Fauriel.

 

Yannick Chapot (professeur en CPGE) conclut la journée.

Un auditoire nombreux !

 

 

Exposition visible dans le hall de l’amphithéâtre du lycée Fauriel du 26 janvier au 9 février 2018
en partenariat avec la MGEN et avec Cartooning for Peace

 

« Rendre hommage, par le dessin de presse, à la richesse de la diversité culturelle de la région
et contribuer à la construction d’un espace commun de paix, où il est possible de vivre ensemble. »

 

 

 

 

 

L'exposition "Dessine-moi la Méditerranée" était visible dans le hall du bâtiment CPGE du lycée Fauriel du 26 janvier au 9 février 2018...

Merci à Cartooning for Peace !

 

Journées organisées dans le cadre des Débats citoyens en AURA, avec le soutien de la Région Auvergne-Rhône-Alpes
et de la MGEN, en partenariat avec le CELEC (Université Jean-Monnet), la Maison d’Izieu et Cartooning for Peace.

 

 

Organisation / contact : Franck.Thenard-Duvivier@ac-lyon.fr

 

Pièces jointes

À télécharger

 / 1