Ouvertures culturelles

Colloque du 25 janvier 2018 à l'université Jean MONNET à St -Etienne

Par GEORGES COLLIN, publié le jeudi 22 mars 2018 11:15 - Mis à jour le mercredi 28 mars 2018 14:09
colloques-1.png

 

HUMANITE ET DIGNITE VIS A VIS DES MIGRANTS

 

 

 

 

 

 

 

Les élèves de Fauriel à l'université jean Monnet à St Etienne

Le 25 janvier 2018, dans le cadre du Mémorial de la Résistance et de la Déportation de la Loire s'organise un colloque à l'échelle de l'Université Jean MONNET de Saint Étienne.

 

Le thème propose une réflexion complexe sur la base du "vivre-ensemble", avec comme approche les enjeux actuels des réfugiés. Dans cette perspective d'ouverture universitaire, sous la forme de conférences juridiques et géopolitiques, complétées par des témoignages de réfugiés, les deux classes littéraires (1ere L et Terminale L) s'engagent dans ce processus avec comme finalité la compréhension des enjeux du monde contemporain. Les objectifs visent à orienter les dynamiques culturelles sur la question complexe des migrants ( les facteurs historiques , la place des héritages , les aspects juridiques dans le droit d'asile). La formation des élève sert de base à la compréhension des conférences sur les statuts juridiques liées au droit international, les visions géopolitiques d'un monde complexe et fragmenté dans les relations internationales, les interfaces à l'échelle de la méditerranée et les conséquences politiques sur les plan de l'Union Européenne et de la France.

 

Concernant le protocole des participations durant la journée, les modalités des accompagnements se structurent par la complémentarité disciplinaire ( Madame Brienne en Italien, Monsieur Escudier en Philosophie , Monsieur Collin en Histoire-Géographie) et ce dans une perspective de complémentarité culturelle. Au niveau des apports , les élèves abordent le cadre universitaire avec des précisions scientifiques sur les dynamiques des flux à différentes échelles géographiques, mais également la place des vécus, notamment par des journalistes exilés venant du continent africain.Dès lors, force est d'insister sur la question des civilisations et des rapprochements au niveau d'une humanité partagée , dans la préservation de la dignité humaine.

Penser les migrations internationales, cela suppose d'envisager à la fois la diversité et l'humanité de la prise en charge des migrants, de valoriser la raison sur cette question plutôt que l’excès des réactions.

G.COLLIN