Ouvertures culturelles

Le voyage d'Italie des étudiants ECE1 et ECS1, 23-29 juin 2018

Par GIOVANNI STRANIERI, publié le mardi 10 juillet 2018 18:52 - Mis à jour le mardi 10 juillet 2018 18:52
IMG_8050.JPG
61 jeunes stéphanois ont cheminé dans les rues et les environs de Rome et de Naples, entre itinéraires culturels souvent surprenants, conférences, réalités institutionnelles et socio-économiques.

Bonjour à tous,

Deux mots pour vous faire part du bilan de notre voyage d'études en Italie.

Le voyage a été impeccable, compte tenu de l'organisation sans faille assurée par les cinq collègues accompagnateurs (pouvait-il en être autrement:-))) et de la discipline granitique de nos 61 jeunes qui n'ont jamais été en retard, qui ne se sont jamais perdus et qui ont résisté aux épreuves les plus rudes de l'exploration urbaine au milieu des hordes de touristes et de la circulation assez chaotique.

Au fil de journées aussi intenses que passionnantes, nous avons pleinement réalisé les objectifs pédagogiques que nous nous étions fixés pour cette action, à une exception près :
a)     Sur le plan historique et culturel, la visite de quelques hauts lieux (Thermes de Caracalla à Rome, Musées du Vatican, Cathédrale de Naples, Musée archéologique national de Naples, etc.) n’a évidemment pas épuisé le sujet mais a largement marqué nos élèves qui ne manqueront pas d’y revenir individuellement. Parmi les visites sans doute les moins classiques, je signalerai l’itinéraire paléochrétien qui nous a conduit de Saint-Jean-du-Latran à Saint-Clément et aux Quatre-Saints-Couronnés de Rome jusqu’à la chapelle Santa Restituta de Naples ;
b)     Le travail fait en cours d’années sur le thème des communautés juives de Méditerranée a trouvé un aboutissement idéal à Rome où nous avons bénéficié d’une conférence de Pierre Savy, directeur des études médiévales à l’École française et spécialiste de la question, avant d’être savamment guidés dans le Musée du Judaïsme et dans la Grande Synagogue de Rome ;
c)     Enfin, la dimension métropolitaine, politique, économique et sociale, des deux grandes villes a pu être approchée en amont et au fil du voyage tout entier. Au mois de mai, nous avons organisé dans l’enceinte du lycée une initiation aux musiques traditionnelles d’Italie du Sud, tant dans leur dimension artistique que thérapeutique et anthropologique. Deux jours avant le départ, nous avons tenu un séminaire d’une demi-journée, préparé et animé par les étudiants qui y ont présenté une vingtaine d’exposés. Les déplacements péri-urbains, parfois longs, nous ont permis de commenter bien souvent les questions et les problèmes d’urbanisme, de transports, de développement économique et de composition sociale des deux villes. La visite du palais présidentiel du Quirinal a été d’un intérêt majeur sur le plan institutionnel tout comme celle de la manufacture de la soie de San Leucio (Caserte, Campanie) l’a été sur le plan de l’histoire économique. Seul regret à ce sujet, un retard assez important accumulé lors de la descente du Vésuve nous a empêché de procéder à la visite du port de Naples que l’Autorité du port nous avait gracieusement accordée.

Au total, le rythme intense du voyage, la beauté du programme et la vie communautaire menée pendant une semaine ont créé les conditions pour une plus grande cohésion entre les étudiants, dans le cadre de chacune des classes et entre les deux classes de la filière économique. Cela augure d’une excellente dynamique pour la deuxième année de classe préparatoire!

 

Bonnes vacances à vous tous!

Pièces jointes

À télécharger

 / 1