ErasmusPlus 2015-2017

Rencontre au CDI avec les journalistes du Progrès.

Par CHRISTELLE CHALAYER CHOLVY, publié le mercredi 10 février 2016 13:50 - Mis à jour le mercredi 10 février 2016 14:59

En ce jeudi 4 février, tous les élèves d'espagnol Euro de 1ère se sont réunis pour rencontrer deux journalistes : Christine Chaumeil et Denis Bret. L' intervention était centrée sur l'article choc paru dans Le Monde et intitulé «A Saint Etienne, le centre ville miné par la pauvreté ». Cet article collait parfaitement à notre projet sur la perception, puisque dans celui-ci, l'opinion de la journaliste sur la ville de Saint Etienne en a choqué plus d'un :  la journaliste en question a été très vite saturée de messages, ainsi que le site du Monde. En effet, de nombreux stéphanois ont réagi, se sentant agressés par cet article dénigrant leur ville, et les journalistes qui sont intervenus nous ont permis de débattre et d'expliquer les réactions provoquées. A la vue de l'article, nous avons à notre disposition une photo n'illustrant pas du tout Saint Etienne, (bien qu'elle soit prise ici) et encore moins le centre ville de celle-ci. D'après les intervenants, la ville est très vite stigmatisée. Par exemple, seul des extraits de propos des personnes interviewés ont été retenus : la journaliste souhaite donc prouver son idée première de l'appauvrissement des centres villes en prenant que ce qui l'intéresse, en illustrant son propos avec la ville de Saint Etienne. Néanmoins, même si ces propos ne sont pas faux en soit, on peut trouver un taudis dans chaque ville, et ce même à Paris : il faut « rééquilibrer les choses », Saint Etienne n'est pas un taudis, et l'illustration choisie n'est pas sa vraie image. De plus, le Monde étant un journal très connu, la vision de Saint Etienne est donc quelque part « souillée ».

Heureusement de nombreuses réactions ont permis l'union des stéphanois, et les propos de la journaliste ont vite été démentis : une bannière contre l'article à Geoffroy Guichard, ou encore beaucoup de réponses humoristiques sur les réseaux sociaux : «  On pleure quand on y arrive et on pleure quand on doit partir ».

Durant l'intervention, nous avons donc pu beaucoup apprendre grâce aux deux journalistes, notamment de l'impact que peut avoir un simple article , ainsi que l'importance de la perception.

Juliette Soustelle

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe